Partagez | 
 

 A défaut de mieux - Flash Back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Aldis Eyverndóttir


⌘ Mes Aventures : 47
⌘ Crédits : 948
⌘ Localisation : Coruscant
⌘ Humeur : Plus motivée que jamais


Feuille de personnage
⌘ Compétences:
⌘ Inventaire:
⌘ Relations:

MessageSujet: A défaut de mieux - Flash Back   Sam 19 Sep - 15:01

A défaut de mieux.
Aldis & Mak'



Aldis aurait aimé que son frère soit là, qu’il puisse voir son nouveau vaisseau. C’était sa fierté, son nouveau chez elle et, surtout, son nouveau gagne pain. Maintenant, elle pouvait être indépendante, gagner son propre argent et peut être même s’installer en ville. Grâce à ses parents, elle avait déjà une clientèle bien garnie mais elle espérait tout de même que lebouche à oreille fasse progressivement son effet. Aldis n’était pas vénale, elle tenait simplement à rembourser le vaisseau à ses parents lui avaient généreusement  offert pour son anniversaire et l’obtention de son brevet de pilote. Ils n’y tenaient pas mais c’était important pour elle et la jeune femme était têtue !

Alors la voilà sur son beau vaisseau tout neuf, prête à recevoir un noble de Coruscant, un haut placé et quelques uns de ces esclaves. Elle n’était qu’au début de sa carrière, se fichant bien de qui montait à bord du moment qu’il payait avant d’arriver à bon port. Pour l’instant, elle avait plus souvent conduit des marchands, des touristes ou de simple habitants de la planète. Faire le taxi n’était pas sa vocation première mais il fallait faire avec les moyens du bord et c’était un bon moyen de se constituer un petit pécule et surtout de l’expérience en plus.

L’homme arriva à l’heure pile, accompagné de quelques esclaves dont certains semblaient très jeunes. Aldis n’aimait pas cette idée, asservir des gens, les traiter comme des animaux… Mais que pouvait-elle y faire à son niveau ? Elle ne pouvait pas tuer cet homme pour libérer ses domestiques ! Il fallait vivre avec, peut-être qu’un jour elle pourrait agir autrement. Il y a tellement de chose qu'elle aurait aimer pouvoir faire... Pendant qu'elle pilotait en silence, elle repensait à son enfance et aux jeux qu'ils avaient inventé avec son frère. Ils étaient des héros, des Jedis vaillants qui sauvaient le monde. Son frère ne serait sûrement pas fier d'elle et ça l'a rendrai atrocement triste.

Avec un soupir, elle stoppa son vaisseau et ouvrit les portes pour faire sortir les passagers. Malheureusement pour elle (et heureusement pour son compte en banque), son client avait encore besoin de ses services... Il voulait aller "se balader" sur le marché pour acheter quelques babioles mais aussi d'autres esclaves. Ce qui expliquait d'ailleurs le petit nombre qu'il avait apporté... Il lui expliqua un tas de petits détails inutiles qu'elle fit mine d'écouter avec attention puis il quitta le vaisseau en lui laissant sa dernière acquisition qui semblait trop jeune pour les accompagner. Ou peut-être était-ce pour une autre raison, elle n'avait pas vraiment écouté.

Les bras croisés, la jeune pilote s'était installée contre son vaisseau. Elle avait enfilé sa plus belle tenue: un pantalon blanc, un haut assorti et une veste en cuir marron. Ses bottes étaient marrons aussi, avec un léger talon. Tout ça était un cadeau de sa mère pour qu'elle puisse être une pilote digne de ce nom. Aldis était jeune, à peine quelques années de plus que l'esclave installé près d'elle. Lancer la conversation n'avait jamais vraiment été son fort mais sa curiosité envers le garçon était grande... Assez pour lui donner un semblant d'idée pour rompre le silence.

    « Hey ! On a un peu de temps devant nous visiblement, tu veux apprendre à piloter ? »

Après tout, esclave ou non, il était un adolescent. Il avait sûrement des rêves lui aussi. Elle ne pouvait pas le libérer mais elle pouvait lui offrir un semblant de... Un semblant de quelque chose. En espérant qu'il parle la même langue qu'elle car à l'époque elle n'était pas réellement polyglotte...

Emi Burton


Dernière édition par Aldis Eyverndóttir le Mer 23 Sep - 15:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Makaraā A. Divassirdis


⌘ Mes Aventures : 373
⌘ Crédits : 1439
⌘ Localisation : Dans mon vaisseau.
⌘ Humeur : (◑ω◐).


Feuille de personnage
⌘ Compétences:
⌘ Inventaire:
⌘ Relations:

MessageSujet: Re: A défaut de mieux - Flash Back   Mar 22 Sep - 20:34

à défaut de mieux
MOI && ALDIS




Outre lorsque l'on me vendait, rare étaient les fois où je sortais de la maison de mes propriétaires. D'ailleurs, je pensais qu'aujourd'hui, j'allais appartenir à quelqu'un d'autre encore une fois. Que je devrais me faire à une nouvelle vie, un nouveau maître, une nouvelle demeure et des nouvelles obligations... Tandis que je m'attachais toujours à ceux qui m'achetaient. Mon cœur se serra lorsqu'il nous obligea tous à monter à bord du vaisseau avant d'être emporté à Coruscant, une magnifique ville que j'ai, par moment, eut l'envie de visiter librement, me questionnant sur l'utilité de quelques lieux publiques. Sur le nombre d'individus qui devaient grouiller ici et sans avoir des chaînes aux poignets et aux chevilles. Parfois je me maudissais d'être né prisonnier. D'être tombé dans la mauvaise famille qui eut la méchante idée d'avoir un enfant... À moins qu'ils n'aient été contrains pour que je puisse être revendu ensuite ? Je ne sais pas. Mais si plus tard on ne m'obligerait pas d'être papa, alors je ne le serais pas. Je ne voudrais pas que mon enfant ait à vivre la même existence que la mienne et qu'il se languisse de ses devoirs en voyant ces autres gamins s'amuser comme bon leur semble. Non jamais. Nous avons donc démarré notre voyage avant que la demoiselle finisse par déposer le vaisseau au sol et que mon maître ne sorte avec les autres esclaves, annonçant alors la vente de quelques uns pour s'en procurer d'autres. Je regarde dans mes compagnons de galère, affichant un sourire triste avant qu'ils ne s'en aillent. J'ai du mal à accepter cette situation bien que j'arrive aisément à le cacher comme je le fais depuis mes dix ans maintenant. Je n'ai pas à me plaindre, je n'en ai, de toute manière, pas le droit risquant d'être corrigé et puis, cela est devenu quelque chose de si banal. Qui plus est, bien qu'il ne me considère pas autrement que comme un serviteur, il reste tendre avec moi tant que je l'écoute car, malgré tout, avant de me voir comme un sujet, il me voit comme un gamin. C'est d'ailleurs pour cela que je ne le suis pas. Il ne voudrait pas que je me perde ou me blesse en me faisant bousculer et certainement pas me choquer en voyant ceux que je considère comme des amis se faire vendre comme du bétail.

Je fais les grosses joues et j'ose montrer mon désaccord dès qu'il est parti, sans même me préoccuper de la demoiselle qui nous a conduit jusqu'ici. Que bien même, elle ne doit pas se faire trop de mourront pour moi alors que j'attends le retour de mon seigneur, sagement dans un coin. Qu'aussitôt il l'aura payé, elle m'aura probablement oublié comme des millions de fourmis aliens qui m'ont déjà vu enchaîné à mon possesseur. Je me demande ce qui doit se passer dans les têtes de ces gens pour me voir moins méritant que les autres. Qu'est-ce qui fait qu'un humain n'ait pas le droit à la liberté plus qu'un autre ? Tout de suite, je suppose que mes deux cœurs ont quelque chose à voir dedans. Dans tout les cas, c'est ce qu'ont immédiatement souligné ces gros félins de Zygériens lorsqu'il a fallut me vendre. C'est également ce qui a vivement plu à mon premier maître puis aux suivants. Oui, c'est probablement ce qui fait que je suis si différent d'eux. D'ailleurs, je ne sais l'origine de cette forme de mutation... Se pourrait-il que je sois une sorte d'hybride entre un humain et une autre espèce d'extraterrestre ? Mais laquelle ? Pas même mes parents ont su me dire. Qui sait s'il existe une planète où les humains à deux cœurs vivent en total liberté ? Oh, mais il ne fallait pas que je rêve maintenant alors que mon destin était déjà tout tracé. Si l'on devait m'affranchir, on l'aurait fait depuis longtemps... Et je suis bien trop dépendant pour pouvoir vivre seul sans que l'on me dise quoi faire... Bien que j'étais capable de faire de nombreuses choses. Danser, chanter. C'était suffisant pour que je sorte du lot de la masse de la population servile... « - Hey ! On a un peu de temps devant nous visiblement, tu veux apprendre à piloter ? » Je la regarde en haussant les sourcils et en restant silencieux, ne sachant quoi répondre. Si je voulais piloter ? On me demandait jamais ce que je voulais, aussi, je n'eus jamais réellement eut le temps de me poser la question. Peut-être que cela pouvait être vachement divertissant, mais est-ce que je pouvais réellement me le permettre ? Sans doute ne se rendait-elle pas vraiment compte des obligations que l'on m'impose et que j'étais, à ce titre, aucunement au même niveau que le sien, bien que je lui ressemblait beaucoup. Pourtant, même pas ça ne suffisait à me laisser imaginer que peut-être, étais-je esclave injustement. Après tout, même chez les personnes libres, il existait une certaine hiérarchie... Je me suis donc surpris à croire qu'elle essayait de tester ma docilité. Que mon maître avait dû la pousser à le faire, le temps qu'il m'abandonne dans son vaisseau... Pourtant, jamais je n'avais faillis à la tâche ! Hésitait-il donc à me vendre moi aussi ? Et bien soit, j'allais lui prouver que je méritais encore ma place à ses côtés. « - Humm.. Je ne sais pas si c'est bien raisonnable... Je ne suis même pas sûr si mon maître accepterait que j'essaie ou non. » Voilà. Il ne me l'avait jamais dit, alors je préfère qu'elle se réfère à lui pour le questionner afin qu'il décide à ma place comme il l'avait toujours fait. C'était mieux ainsi et il se réjouira de savoir que je suis toujours fidèle envers lui. « - Mais merci quand même... » Rajoutais-je afin de montrer que je ne manquais pas moins de politesse... Il ne le fallait surtout pas envers ces personnes qui sont normalement supérieur à moi-même.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Aldis Eyverndóttir


⌘ Mes Aventures : 47
⌘ Crédits : 948
⌘ Localisation : Coruscant
⌘ Humeur : Plus motivée que jamais


Feuille de personnage
⌘ Compétences:
⌘ Inventaire:
⌘ Relations:

MessageSujet: Re: A défaut de mieux - Flash Back   Mer 23 Sep - 15:39

A défaut de mieux.
Aldis & Mak'



Ils parlaient la même langue, c’était déjà un bon point. En revanche elle avait du mal à croire qu’un être si jeune puisse être aussi docile… Il l’avait sûrement apprit à la dure ou après des années de servitude. Des années ? Non, il n’était qu’un enfant, il ne devait pas être esclave depuis longtemps ! Contre sa volonté, des frissons parcoururent son échine : on vendait des enfants, certains même dès qu’ils quittaient le sein de leur mère… Comment pouvait-on faire ça ? Comme une telle cruauté était possible ? Aldis, tout comme son frère et son père, avait des principes et prônait un monde libre ou les gens seraient tous égaux. Malheureusement ce n’était pas l’avis de tout le monde et elle n’était pas devenue assez importante pour pouvoir défendre son point de vue de façon efficace et surtout légale.

Non pas que l’idée de lutter pour une cause en cachette lui fasse peur, au contraire même… Quoi que perdre la confiance de ses parents n’était pas du tout son but ultime, pas plus que l’envie de les mettre en danger. Mais elle gardait ses idées dans un coin de sa tête pour le jour où elle n’aurait plus de dette à rendre, pour le jour où sa réputation lui servirait de couverture et où ses contacts seraient assez influents pour peser dans la balance. Un jour qui n’était pas prêt d’arriver et qui surviendrai malheureusement dans d’autres augures que celles qu’elle avait envisagées… Pour l’instant elle n’était qu’Aldis la pilote, la petite chauffeur de taxi sympathique et efficace, une ombre. Un statut dont elle n’osait pas encore se servir.

Quand le petit garçon eu enfin répondu, elle s’accroupi pour être à sa hauteur puis elle fit mine de chercher autour d’eux avec une petite moue perplexe. Le maître de l’enfant savait qu’ils allaient devoir prendre le vaisseau pour remettre du carburant et il ne semblait pas inquiet de lui confier son esclave. En même temps, pourquoi le serait-il ? Il connaissait bien le père d’Aldis, il savait qu’elle était une personne de confiance. Et puis elle ne comptait pas lui faire de mal, elle voulait simplement lui offrir un peu de liberté, une sensation de bonheur dans son étrange vie. Si elle pouvait faire plus, elle ne se serait pas gênée mais ce n’était pas à l’ordre du jour.

    « Et bien… Je ne vois ton Seigneur nulle part ! Il sait que je dois disparaître quelques instants pour aller reprendre de quoi faire voler mon vaisseau et que tu seras avec moi. Après, si on ne lui dit pas qui a piloter jusque là je ne vois pas comment il pourra le savoir ! J’imagine que si nous sommes là dans trois heures, comme il l’a exigé, nous n’aurons pas de problèmes ! Qu’en pense-tu ? »

Elle était toujours accroupie, son visage à la même hauteur que le petit bonhomme. Comment pouvait-on enchaîner une petite bouille d’ange comme ça ? Il semblait si gentil et si volontaire. Au fond d’elle, la pilote bouillonnait de rage mais son père lui avait apprit quelques rudiments de contrôle (qu’elle peinait tout de même souvent à maintenir…). Avec une grande inspiration, elle se releva et tendit sa main au garçon qui, malgré ses chaînes, pouvait lui serrer la main en guise d’acceptation. Il n’était en rien contraint, tout comme l’indiquait clairement le sourire rassurant de la jeune femme. Ce n’était qu’un humble cadeau, une petite parenthèse dans leur vie.

    « Je ne dis rien si tu ne dis rien ! Et, quelque soit ta décision, tu as une place avec moi à l’avant. Savoir quelques bricoles pourra te servir un jour tu ne crois pas ? »

Aldis n’était pas connue pour sa patience mais elle était douée dans son domaine et avait maintes fois du expliquer des choses à moins doué qu’elle. Peut-être pas la meilleure pédagogue qui soit, je vous l’accorde, mais certainement pas la pire ! Et puis, s’il était réellement aussi attentif et docile, ce serait sûrement un véritable plaisir ! Soudain, elle était presque impatiente de lui montrer tout ça, de lui expliquer le pourquoi du comment. Ils avaient du temps et un vaisseau à faire bouger : c’était le moment idéal ! Puis rajouter le pilotage au CV du petit n’était sans doute pas une mauvaise chose par les temps qui courent...

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Makaraā A. Divassirdis


⌘ Mes Aventures : 373
⌘ Crédits : 1439
⌘ Localisation : Dans mon vaisseau.
⌘ Humeur : (◑ω◐).


Feuille de personnage
⌘ Compétences:
⌘ Inventaire:
⌘ Relations:

MessageSujet: Re: A défaut de mieux - Flash Back   Jeu 24 Sep - 16:00

à défaut de mieux
MOI && ALDIS




Lorsque je lui réponds, elle s'approche, se met à la hauteur de la mienne puis regarde autour d'elle comme surprise. Je restais silencieux en la surveillant de mes prunelles bleutés. J'avais probablement dit quelque chose de mal, mais quoi ? Ou encore est-ce l'une de ces choses que ne pouvaient pas comprendre les êtres humains supérieurs qui n'avaient jamais connu la condition d'esclave. Ils doivent nous trouver bien sot alors que la liberté est bien plus enviable que d'être enchaîné à un propriétaire, que peut-être même valait-il mieux tenter le coup de se rebeller plutôt que de chercher à se laisser écraser éternellement. Mais pour une personne telle que moi qui n'avais jamais connu l'insubordination mais une éducation stricte depuis ma plus tendre jeunesse afin que je sois docile, je ne pouvais donc pas comprendre l'intérêt d'être également libre. Peut-être aurais-je pu si je vivais avec mes parents et que l'on aurait eut une vie tous ensemble, mais cela n'existait pas chez les gens de notre condition. Dès qu'une personne est apte à être vendu, il l'est un point c'est tout. Aussi est-ce un moyen pour éviter toute fugue de la part du sujet qui se trouverait incapable à retrouver son chemin à l'exclusion si son maître le guide... Et plus encore pour un gamin comme moi, incapable de se débrouiller tout seul à un tel âge... Si je devais donc m'en plaindre ? Aucunement. J'acceptais ce terrible destin comme s'il pouvait être la meilleure vie qu'il puisse m'être donné. « - Et bien… Je ne vois ton Seigneur nulle part ! Il sait que je dois disparaître quelques instants pour aller reprendre de quoi faire voler mon vaisseau et que tu seras avec moi. Après, si on ne lui dit pas qui a piloter jusque là je ne vois pas comment il pourra le savoir ! J’imagine que si nous sommes là dans trois heures, comme il l’a exigé, nous n’aurons pas de problèmes ! Qu’en pense-tu ? » À mon tour de faire les yeux ronds. Je ne pouvais me permettre de faire des choses qu'il ne m'avait pas dit de faire dans son dos ! Ah ça non ! Ça serait irrespectueux envers sa personne, il le prendrait mal et je prendrais une correction s'il venait à le découvrir... Car il finirait bien par le découvrir. Je le savais bien. Et s'il ne ferait pas seul, c'est moi qui lui dirait en balançant mon mauvais comportement afin de me faire pardonner. Mais d'un autre côté, je me disais également que cela ne pouvait être bien important. Après tout, si nous revenions à notre emplacement initial, il est vrai que cela ne devrait poser trop de problèmes... Je n'en savais rien et cela m'irritait quelques peu. « - Je... Je ne veux pas de problème avec lui. J'aimerais vraiment qu'on l'appelle, au moins... pour avoir son avis...  » Je me demandais qui pouvait-elle bien être pour me pousser aux mensonges. Personne jusque là ne s'intéressait vraiment à mon cas et encore peu de gens cherchaient à me voir agir différemment du comportement que je devrais normalement avoir. Quel intérêt pouvait-elle y trouver ? Voulait-elle que mon propriétaire me punisse ensuite ? Que l'on m'abandonne dans cette grande ville à la merci de mon incompétence à me gérer tout seul ? « - Je ne dis rien si tu ne dis rien ! Et, quelque soit ta décision, tu as une place avec moi à l’avant. Savoir quelques bricoles pourra te servir un jour tu ne crois pas ? » Elle m'avait auparavant tendu la main, attendant donc que j'accepte, ce je finis par faire lorsqu'elle m'indiqua que cela pouvait toujours me servir... Du coup, je me suis dis que je pourrais donc me rendre plus utile encore tandis que mon maître pourra se réjouir d'avoir un esclave qui saura conduire plutôt que de demander des services d'une pilote, je suppose. « - Très bien, je vous suis !  » fis-je donc avant de me relever et de traîner mes chaînes pour la rejoindre devant et s'installer à ses côtés pour admirer tout ces boutons et ces choses qui étaient utiles pour le contrôle du vaisseau. J'étais vraiment impatient de découvrir qu'est-ce qui servait à quoi et si c'était si difficile que cela de contrôler un pareil engin. Oui, j'avais hâte.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Aldis Eyverndóttir


⌘ Mes Aventures : 47
⌘ Crédits : 948
⌘ Localisation : Coruscant
⌘ Humeur : Plus motivée que jamais


Feuille de personnage
⌘ Compétences:
⌘ Inventaire:
⌘ Relations:

MessageSujet: Re: A défaut de mieux - Flash Back   Dim 11 Oct - 18:46

A défaut de mieux.
Aldis & Mak'



Au fond de moi, j’avais un peu peur et honte aussi : Même s’il y avait peu de chance que son maître apprenne notre petite aventure, j’ignorais comment il réagirait. Il était hors de question de voir ce petit bout de chou molesté à cause de mes folies ! Mais il était trop tard pour faire demi-tour, je lui avais promis un instant de liberté et je ne comptais pas détruire ma promesse. Et si son maître venait à l’apprendre, je prendrais la responsabilité de tout, expliquant qu’il y avait eu un problème technique et que ce jeune homme m’avait presque sauvé la vie en prenant la place de co-pilote. Qui pourrait vérifier ça hein ? Personne et je n’étais pas une mauvaise menteuse, surtout quand la vie d’autrui en dépendait.

Toujours avec un sourire rassurant et assuré, je le guidait jusqu’au cockpit où il s’installa avec enthousiasme. Il y avait cette lueur dans ses petits yeux, une lueur qui valait tout l’or du monde. C’est alors que naquit une idée dans mon esprit. C’était sûrement irréalisable mais j’avais pour leitmotiv de toujours croire aux possibilités. Quoi qu’il en soit ce n’était pas à lui que je devais en parler et je m’installais à ma place. Les chaînes risquaient de le gêner un peu… L’avantage étant que je pouvais piloter et lui laisser faire les tâches annexes qui ne nous mettraient pas en danger.

Tentant d’adopter la patience et la sagesse de mon père, je lui expliquais l’utilité de tous les boutons qu’il avait à porté de main. Il y en avait beaucoup mais je le rassurais en expliquant que seulement quelques uns d’entres eux nous seraient utiles pour ce vol. Une fois les explications faites, j’attachais sa ceinture et lui demandais d’appuyer sur le bouton d’ignition. Les moteurs s’enclenchèrent alors et le vaisseau s’éleva doucement du sol. Notre destination n’était pas très éloignée et j’avais donc décidé de ne gérer que la direction. D’une voix douce, je lui expliquais quoi faire au fur et à mesure, toujours aussi impressionnée par sa docilité.

    « Tu ne t’en sort vraiment pas mal champion ! Au retour je te laisse les commandes ! »

Dis-je en ébouriffant gentiment ses cheveux. J’avais de plus en plus de mal à comprendre comment quelqu’un pouvait faire du mal à un être aussi mignon et jeune. Il avait tellement d’opportunités à son âge, tellement de merveilles à découvrir. Ce monde marchait sur la tête, surtout quand on sait que n’importe quel droïdes peut faire le travail d’un esclave sans réclamer salaire… Mais non, il fallait montrer sa dominance, son pouvoir suprême, collectionner les âmes comme on collectionne un trésor. De nouveau, je bouillonnais intérieurement mais une légère secousse me fit reprendre conscience.

    « Ne t’en fais pas ce n’est pas grave. Alors capitaine, ça te plait ? »

Lui lançais-je avec un grand sourire après avoir appuyé sur deux boutons pour tout rétablir. Il nous restait un petit bout de trajet et j’espérais vraiment qu’il y prenne du plaisir. Et qui sait, cette petite leçon pourra peut-être lui servir un jour ? Savoir piloter un vaisseau n’est pas donné à tout le monde et même s’il n’a que quelques menus connaissances, ça peut sûrement faire la différence dans son monde… Mais, ce que j’espérais surtout, c’est qu’il puisse se servir de ça une fois libre, quand il aurait son propre vaisseau ou mieux encore. C’est tout ce qu’on peut leur souhaiter…

Emi Burton


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A défaut de mieux - Flash Back   

Revenir en haut Aller en bas
 

A défaut de mieux - Flash Back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars: Dark Age :: 

 :: Coruscant
-