Partagez | 
 

 [Dans le système de Chandrila - Flashback] Dispute et verre brisé - Mak' & Hélios

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Hélios Abernaty


⌘ Mes Aventures : 53
⌘ Crédits : 967


Feuille de personnage
⌘ Compétences:
⌘ Inventaire:
⌘ Relations:

MessageSujet: [Dans le système de Chandrila - Flashback] Dispute et verre brisé - Mak' & Hélios   Ven 18 Sep - 8:46

Dispute et verre brisé

“ Makaraā A. Divassirdis & Hélios Abernaty "

Chandrila, Bordure Intérieure...  

J'avais mis un pied sur Chandrila depuis quelques heures et j'étais déjà en conflit avec ma soeur Anthéa. Elle m'avait invité dans sa modeste -ou presque- demeure de vacances basée sur Chandrila. Planète réputée pour être agréable et touristique. Je savais que ma soeur était spéciale, mais c'était ma soeur, et je l'appréciais malgré le fait qu'elle m'en faisait voir de toutes les couleurs... Ce fut à table qu'elle disjoncta complètement... Alors que nous passions au dessert, et que ma nervosité ne pouvait plus être contenue, elle me demanda pressement:

« Mon cher Hélios, tu es bien nerveux. Comme avec mère quand tu étais prêt à lui avouer une de tes fautes commises... »

J'eus un sourire forcé alors que je portais à mes lèvres un verre qui contenait un nectar si doux qu'il était clair qu'il devait être hors de prix. C'est tout en reposant mon verre, n'osant pas croiser son regard que je lui dis:

« Anthéa, je viens de me fiancer. Notre mariage sera célébré dans 6 mois. Tu... tu es bien sûr convié ! »

Je la savais très bien que j'étais son exclusivité, et qu'elle avait toujours eu du mal à partager ma présence. Je ne me doutais guère de ce qu'il y avait derrière ca... Son sourire se figea en une grimace, je tentais un sourire pour détendre l'atmosphère. Je sentais la tension qui monta d'un cran. Elle baissa les yeux mais ne lâcha pas se sourire forcé, alors qu'elle se racla la gorge tout en me répondant:

« Ha ! Et qui est l'heureuse élue ? Elle doit être d'un merveilleux parti pour que tu viennes à la choisir en tant que femme. »

Et c'est là que ca se compliqua pour de bon. Je soupirai longuement. Je savais que ca n'allait pas lui plaire.

« Aucun. Son père est marchand sur Coruscant. Mais elle est très brillante et sera promise à une belle carrière politique. »

Son sourire disparut complètement. Le silence était de plomb. Je retins mon souffle. Je vis une lueur dans son regard. Je la connaissais, c'était l'étincelle qui allait tout faire exploser. Puis elle se leva d'un seul coup tout en retournant couverts et nourriture qui se trouvait en face d'elle.

« TU TE FICHES DE MOI ? Tu ne peux pas épouser une... une... pauvre ! De toute manière père et mère ne l'accepteront pas.
- Tu peux me dire ce que tu veux, Anthéa. Je l'aime et vous ne pourrez rien contre ca. J'aurai aimé que tu me soutiennes dans cette alliance. Elle se mit à rire.
- Tu vas le regretter ! »

Elle se retourna vivement et attrapa un de ses serviteurs par le bras avant de le gifler et de le pousser contre un vase qui s'écrasa sur le sol avec le pauvre malheureux.

« Tu nettoieras ! Et fout moi ce traitre à la porte ! »

C'est ce qu'elle lança avant de quitter la pièce. Je me précipita alors vers le pauvre homme qui venait de subir les foudres de ma soeur. J'étais confus. Je vins à l'aider à se relever.

« Je suis désolé. Ma soeur est... un peu spéciale... ! Vous allez bien ? Je vais vous aider si vous le voulez et je partirai sans faire d'histoire. »

© Chieuze


_________________
Did you see the flares in the sky ?
Did you lose what won't return? Did you love but never learn? The fire's out but still it burns, And no one cares, there's no one there. Did you find it hard to breathe? Did you cry so much that you could barely see? You're in the darkness all alone, And no one cares, there's no one there... - Flares/Script - hedgekey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Makaraā A. Divassirdis


⌘ Mes Aventures : 373
⌘ Crédits : 1439
⌘ Localisation : Dans mon vaisseau.
⌘ Humeur : (◑ω◐).


Feuille de personnage
⌘ Compétences:
⌘ Inventaire:
⌘ Relations:

MessageSujet: Re: [Dans le système de Chandrila - Flashback] Dispute et verre brisé - Mak' & Hélios   Ven 18 Sep - 13:54



dispute et verre brisé
MOI && HÉLIOS




Jour exceptionnel il semblerait, les autres esclaves se hâtaient à la tâche comme à chaque matin pour la demeure soit resplendissante, mais plus encore aujourd'hui, manquant de salir le sol de leur moiteur qui se perlait derrière leurs pas. Moi même je n'échappais pas à la règle en passant par moment derrière les autres qui auraient négligés leur travail avant d'aller en cuisine et préparé petit déjeuner tout en commençant à préparer un peu le dîner. Parmi les plus jeunes, je n'étais pas de ceux qui se fatiguaient après une longue journée de corvée puisqu'on essayait malgré tout à ce que je fasse la moindre action possible. Je n'étais là que pour soutenir les autres et remplacer ceux qui commençaient à se lasser ou lorsque l'un d'entre eux finissaient par tomber malade... Si je m'en plaignais tout de même ? Bien évidemment ! Il fut un temps où, lorsque je n'étais qu'un gosse, on ne me demandait pas grand chose à faire. Je passais mes journées aux côtés de grands personnages certes, mais qui ne me maltraitait jamais pour trois fois rien et qui même, faisait abstraction sur quelques erreurs commises. On m'avait appris à être élégant et respectable malgré ma condition. À chanter et à danser aussi tout en étant paré de richesse que nulle autre serviteur ne pouvait se permettre de porter. J'avais plus la sensation d'être un objet précieux qu'il fallait absolument s'occuper plutôt que d'un être docile bon à enchaîner... Ici c'était différent. L'endroit n'était pas moins splendide, mais je ne pouvais me satisfaire de cela alors que je passais le plus clair de mon temps à me tuer à la tâche plutôt que de divaguer inutilement... Pire encore : le fait d'être un bon esclave ne suffisait plus à recevoir des félicitations de son propriétaire. Cette bonne femme n'était que bienveillante avec nous lorsque cela lui chantait. Quand c'était une agréable journée par exemple... Et rare était les jours qu'il lui plaisaient. Toutes excuses étaient acceptables pour nous faire du mal. Après tout, quelle personne viendrait pointer du doigt sa maltraitance ? Au mieux, on dira que nous sommes habitués à cela depuis que nous sommes tout petit, nous avions compris notre destiné avant même de savoir marché... Au pire, ils l'encourageraient à continuer. Dans cette société ou le paradis des riches se construit sur l'enfer des pauvres, nous devions subir la chose sans broncher, sans se plaindre. Écouter et puis c'est tout. Mais cela n'entrait forcément pas dans les cordes de tout le monde. Et surtout pas moi alors que je rêvais d'une existence toute nouvelle qui différait de l'état à lequel j'étais condamné... Et pour cela, rien de mieux que de faire une révolution envers celui ou celle qui nous oppresse. Aussi il m'arrivait donc de rendre la pareille envers la demoiselle, ce qui se terminait presque tout le temps à mon abandon après avoir reçu bien trop de coups sur la tête.

Mais aujourd'hui j'avais décidé de rester docile. Si festivité ou rencontre il y avait lieu, normalement il ne devrait pas y avoir de problème. On m'avait alors assigner à la tâche de serveur durant le repas où je pus faire des allers et retours tout en profitant de la discussion qui s'était installée autour de la table. Il ne pouvait y avoir qu'un curieux comme moi qui adorait écouter des sujets qui ne me concernaient pas... En tout cas assez pour être prêt de notre bourreau qui pouvait surgir à tout moment pour nous cogner ! C'est que ce genre d'individu restait si mystérieux à mes yeux que je cherchais bien souvent à me rapprocher d'eux pour les connaître afin de les trouver moins méprisable. Mais c'était assez délicat. Pourtant, je ne pus cacher ma surprise lorsque j'entendis le prétendu frère de ma maîtresse annoncer son mariage avec une femme issue de la basse société - ou du moins d'un rang moindre que son futur époux -. Ce pourrait-il que ce genre d'union puisse exister dans ce monde ? Je pouvais croire qu'un jour, une riche femme puisse m'affranchir pour que je devienne son époux aussi ? Non. Ce genre d'individu devait certainement se faire rare. Et puis il fallait être exceptionnel pour que quelqu'un vous remarque... Si moi-même j'aurais été brillant, il y aurait longtemps que j'aurais trouvé un moyen pour m'évader et avoir une vie d'Homme libre. Mais il semblerait que malgré la probable intelligence de la jeune élue, cela semblait déplaire à Anthéa qui stoppa net de répondre. Je m'étais tout de suite dit que cela sent le roussis et qu'il valait mieux pour moi que je quitte rapidement la pièce. « - TU TE FICHES DE MOI ? Tu ne peux pas épouser une... une... pauvre ! De toute manière père et mère ne l'accepteront pas. » « - Tu peux me dire ce que tu veux, Anthéa. Je l'aime et vous ne pourrez rien contre ça. J'aurai aimé que tu me soutiennes dans cette alliance. » « - Tu vas le regretter ! » À peine avais-je fait quelques pas en espérant atteindre la cuisine avant qu'elle ne me retienne, il était trop tard. Elle m'avait rapidement rattrapé et saisit mon maigre bras d'une poigne de fer. Je m'étais instinctivement arrêté pour détourner mon regard et le planter dans le sien, adoptant ce petit air implorant qu'elle connaissait bien avant que je lui implore la pitié. Mais j'ai à peine le temps d'ouvrir la bouche qu'elle m'assène une gifle pour ensuite me pousser contre un vase que j'entraine avec moi dans une chute affolement bruyante et si douloureuse alors que les morceaux viennent lacérer les tissus et la chair pour les plus acérés. Toute la haine qu'elle aurait pu déverser sur son frère, elle l'avait fait envers moi... Les conséquences qu'elle avait réussit à éviter grâce à cela ? Tant de chose. Je n'avais pas le droit de me plaindre auprès d'une quelconque justice... Elle pouvait donc continuer sa vie sans inquiéter de rien. Hélas. « - Tu nettoieras ! Et fout moi ce traitre à la porte ! »

Je reste silencieux et ne bouge jusqu'à ce qu'elle quitte la pièce où je m'autorise à grimacer et à gémir bien qu'il reste encore l'autre homme dont je ne sais aucunement comment considérer. Il est son frère mais il semble différent qu'elle. Peut-être même plus agréable encore que les amis d'Anthéa qui viennent ici et ne daigne à nous considérer ou à réagir lorsqu'elle nous maltraite face à eux. Lui n'hésite pas à venir m'aider pour me relever alors que je souffre le martyr dès que j'ose faire, ne serait-ce, qu'un tout petit mouvement. En temps normal, je n'oserais pas à me montrer aussi familier avec un parfait inconnu, mais là, je n'hésite plus et je m'accroche à lui comme un koala, effrayé à l'idée de retomber comme une poupée de chiffon. Il prend donc la parole... « - Je suis désolé. Ma sœur est... un peu spéciale... ! Vous allez bien ? Je vais vous aider si vous le voulez et je partirai sans faire d'histoire. » Je fronce les sourcils. C'est bien la première fois que j'entendais une phrase aussi polie à mon égard. Avait-il oublié - ou ne savait-il tout bonnement pas -, qu'il soutenait un pauvre et petit esclave ? Peut-être était-ce à cause de ma jeunesse ? Après tout, je n'avais que tout juste dix-huit ans même si je venais d'atteindre l'âge adulte il y a peu. « - Gardez votre délicatesse pour les hommes de votre hiérarchie, m'sieur. Je suis corvéable, que je le veuille ou non... Bien que je dois bien l'avouer, j'ai connu des propriétaires plus tendre avec moi ! » fis-je en souriant alors que je me sentais plus assuré que de me retrouver dans les bras de cet individu que dans les parages de l'autre. « - Si je peux me permettre... Elle est pas qu'un peu spécial... Elle est aussi méprisable qu'une grosse limace de Hutt ! » Osais-je donc rajouter en petit insolent que j'étais. Heureusement que je n'avais pas crié cela trop fort au risque de me faire repérer par ma propriétaire et qu'elle me fasse de nouveau passer un sale quart d'heure. Aujourd'hui, j'en avais pris assez cher pour ma peau... Et en un temps incroyablement court ! Record battu ! Je ricanais un instant pour ensuite terminer plus sérieusement... « - Faites ce que bon vous semble de faire tant que l'autre harpie n'arrive pas tout de suite... Après tout, c'est votre droit de choisir de m'épauler ou non... Mais rien ne vous y oblige de le faire... Je prendrais sans doute un peu de temps pour m'occuper de ce remue ménage, malheureusement je ne peux y échapper, c'est la vie. » Silence tragique que je laissais peser alors que l'on devrait s'attendre à ce que je pleure soudainement quand on pouvait voir mon expression laisser un sentiment de tristesse. Pourtant, mon visage s'illumine à nouveau. « - Mes félicitations pour votre futur mariage en tout cas... Il semble être sorti tout droit d'un conte... Comme j'aimerais avoir la même chance ! Mais faites attention à vous. Peut-être qu'elle voudra voler tout votre argent. » Conseil sincère, si je me fais battre plus bassement qu'un animal, il y a paradoxalement ces moments où je cherche à me montrer amical avec ceux qui sont au-dessus de ma personne. Après l'aide proposé par cet homme, je ne pouvais donc faire autrement que de me montrer gentil.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Dans le système de Chandrila - Flashback] Dispute et verre brisé - Mak' & Hélios

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars: Dark Age :: 

 :: Mondes du noyau et colonies :: Autres planètes et systèmes
-