Partagez | 
 

 deelo jama ♪ a little party never killed nobody

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: deelo jama ♪ a little party never killed nobody   Mer 1 Juil - 13:47


 
Deelo Jama
 

   

   

 
❯ FEAT : Vincent Cassel
 
Carte d'Identité

Le sujet Deelo Jama est un humain de type masculin qui est circulation depuis 41 ans.  C'est plutôt quelqu'un de jouisseur, opportuniste, prétentieux, porté sur la bouteille et vulgaire mais aussi drôle, bavard, fantasque et enfin rusé.

 ☩ RACE : humain.
   ☩ TRAVAIL/OCCUPATION : Propriétaire d’une cantina à Mos Espa.
   ☩ SIGNES PARTICULIER : Une irritante tendance à parler de lui à la troisième personne.
   ☩ ALIGNEMENT : Chaotique neutre.  Deelo Jama  ne sert personne d’autre que de Deelo Jama.
   ☩ PLANÈTE D'ORIGNE : Tatooine.
   ☩ ALLÉGEANCE : Choisir un camp ? S’impliquer dans une cause plus grande que sa gloire personnelle ? Bah. Une perte de temps, et c’est mauvais pour le business, donc  neutre.
   ☩ CLASSE SOCIALE : Sa situation financière étant confortable et stable, Deelo appartient à la classe aisée.
   ☩ ORIENTATION SEXUELLE : naturellement plus attiré par les femmes mais pas indifférent aux hommes.
   ☩ SITUATION : vieux beau indécrottablement accroché à son statut de célibataire.
   ☩ PLUS GRANDE PEUR : qu’on découvre sa sensibilité à la Force.
   ☩ AMBITION(S) POUR L'AVENIR : le profit, encore et toujours faire plus de profit. Deelo rêve tout simplement d’ouvrir d’autres bars.  
   ☩ VOTRE INVENTAIRE DE BASE : un blaster bridé, une bouteille d’Arboite Twister, des peggats, un paquet de clopes et le numéro de comlink de ta mère.
   ☩ PARTICULARITÉS SPÉCIALES : Deelo est sensible à la Force bien qu’il se démène pour étouffer cette part de lui. L’impossibilité d’être influencé est le seul  avantage qu’il y trouve, mais pour le peu de jedi qui croisent sa route, c’est un talent quasi inexploitable…  Sa capacité d’empathie lui pourrit l’existence. Depuis qu’il a ressenti ses amis mourir, il cherche par tous les moyens à couper sa perception des autres. Il la brouille en s’imbibant excessivement d’alcool, un moyen très efficace. Mais malheureusement pour lui, ça ne supprime pas le problème…


 

    Mon pseudo est loxxye, je suis une fille et j'ai 20 ans. Je fais environ 800 mots, et j'ai découvert le forum grâce à source. Ma fréquence de connexion sera d'à peu près 5/7 et mon mot pour la fin sera i am the batman.  Nan attendez j’ai pas fini ! Je voulais juste vous dire de me pardonner d’avance si je suis un boulet. Ça fait longtemps que je n’ai pas rp, et je suis loin d’être incollable sur l’univers star wars mais je bosse dur pour m’améliorer, je bouffe des encyclopédies et pratique assidûment swtor   81  
   




i.
L’enfance de Deelo Jama se résume à quelques sensations. Une terre jaune. La chaleur. Le désir de bien faire. Le labeur. La peur d’être puni. Voilà quel était son quotidien d’esclave à Tatooine. Absolument pas révolté contre son sort, loyal et obéissant, Deelo était le parfait serviteur. Il ne s’autorisait pas le luxe de rêver à un avenir différent. Il faisait ce qu’on lui disait. Il vivait dans l’instant présent. Cette ferme résolution à obéir plaisait énormément à son maître, Migger Om, patron d’une cantina à Bestine. « T’es un bon gars », lui disait-il. Ce compliment, ça représentait tout pour Deelo.  Le zèle qu’il mettait à accomplir ses corvées n’était pas son seul talent. Intelligent et expérimenté, Migger Om, qui n’avait pas toujours vécu dans ce trou à rat de Tatooine, l’avait compris depuis un bout de temps, et il était bien décidé à en profiter. Le gosse, il sentait les gens comme personne. Il captait les émotions. Quand Migger Om concluait des affaires, il sollicitait souvent Deelo pour évaluer discrètement la sincérité d’un interlocuteur. Deelo comprenait les gens sans leur avoir parlé. Il anticipait leurs volontés. C’était pas juste un truc d’esclave. C’était un vrai don.

Le train-train quotidien se termina à la veille de son treizième anniversaire.

Le maître, grand amateur de courses, évaluait d’un œil moqueur un nouveau venu dans la compétition. Un étranger Kel Dor sans réputation ni module de course susceptible d’attirer l’attention des parieurs. On distinguait à peine les couleurs de sa banderole depuis les gradins. Deelo, assis à côté de son maître, (qui le considérant comme son esclave personnel, le trimballait partout) fixa le compétiteur pendant cinq bonnes minutes. Puis, le garçon se réanima. Il recommença à siffler et à applaudir comme n’importe quel spectateur enthousiaste. Migger Om, perplexe, fronça les sourcils. Son flair pour les bonnes affaires lui somma de suivre l’instinct du gosse.  Alors il se leva pour aller enregistrer son pari sur le Kel Dor. Son choix déclencha l’hilarité de ses amis. Il ne chercha même pas à se justifier. Il se contenta de sourire calmement et de tapoter d’un geste paternel la tête de son esclave. Les vaisseaux s’élancèrent dans le circuit de Bestine. Premier tour. Deuxième tour. Troisième tour. Jackpot.

A la surprise générale, l’inconnu remportât la victoire. Migger Om, lui, n’était pas surpris.

Ce soir-là, Migger Om fêta comme il se devait l’évènement qui avait satisfait son amour du gain bien au-delà de ses espérances. Dans son bar, on se pressait pour le féliciter et espérer vainement grappiller quelques miettes de sa fortune. Le patron de la cantina surchauffée se mit dans un état pas possible. L’alcool le rendit encore plus vantard qu’à l’ordinaire. Bientôt, tripotant le crâne de Deelo de ses grosses mains moites, il clamait à quel point le petit était spécial, qu’il avait un don, et qu’il avait gagné grâce à lui. Ça faisait bien marrer les gens. Deelo souriait sans comprendre, simplement heureux des louanges de son maître. Ses parents, eux, ne riaient pas. Ils s’échangèrent des regards inquiets et cessèrent de servir les clients. La femme chuchota à son mari d’intervenir. Celui-ci hésitait. Contrarier la joie de Migger Om pourrait avoir des conséquences désastreuses... Il finit par se décider, mais à peine avait-il fait un pas en direction de son fils qu’une cliente sortit de l’ombre d’une alcôve de la cantina. Lookée à la manière des contrebandiers, la face en partie dissimulée par un grand chapeau, un œil en moins, on n’avait pas envie de lui chercher des noises. Elle s’approcha de l’ivrogne, et prononça la phrase qui changea la vie de Deelo :
- Une petite partie de cartes ?
- L’enjeu ?  parvint à articuler avec cohérence Migger Om.
- Le garçon. Et si je perds, mon flingue, proposa-t-elle en montrant le blaster pendu à sa ceinture.
Il accepta. Il joua. Il perdit.

ii.
Les adieux avaient été brefs. La nouvelle propriétaire de Deelo était pressée. Elle marchait si rapidement que Deelo devait trottiner pour suivre son rythme. Ils firent un détour par une ferraillerie, puis une échoppe à la marchandise dissimulée sous de grandes bâches. Sa maîtresse s’exprimait avec autorité. En l’observant, Deelo sut qu’il s’agissait de quelqu’un d’important, quelqu’un d’habitué à commander mais pas de la même sorte  qu’un maître avec ses esclaves. Trop submergé par ses émotions, Deelo avait du mal à évaluer les intentions de sa maîtresse. Elle était importante, c’est tout ce dont il pouvait être certain. Son sentiment se confirma peu après, lorsque la femme le mena devant le plus gros vaisseau qu’il avait jamais vu. Un croiseur pirate. Quand le petit Deelo Jama y a mis les pieds, il a ressenti un drôle de truc. Une émotion incroyablement puissante, jamais éprouvée auparavant : l’espoir. Il s’est dit, ça y est, c’est le moment, c’est mon destin, je vais pouvoir faire mes preuves et devenir quelqu’un. Ses parents, comme ils seraient fiers, parce que eux contrairement à Deelo avaient toujours rêvé de liberté…
- Les chiottes, gamin.
- Maîtresse ?
- Tu sais ce que j’en pense ?
- Non, maîtresse.
- Eh bien, je pense qu’elles vont pas se nettoyer toutes seules.
Alors qu'il allait faire volte-face pour lui obéir, bien qu'il n'ait absolument aucune idée d'où aller, la femme l'arrêta.
- Ton nom ?
- Deelo Jama.
- Hum.
Son nom à elle, il ne l’apprit que bien plus tard.
L’adolescent passa les six mois suivants à faire la seule chose qu’il savait : la boniche. Il se familiarisa avec l’équipage. Sympathisa même avec des garçons un peu plus âgés que lui. Il ne voyait pas sa maîtresse. Il explora tous les recoins  du vaisseau et observa les pirates. Pas des mauvais bougres. Colériques et vulgaires, mais pas foncièrement mauvais. Jamais un seul d’entre eux n’eut un geste déplacé envers lui. On se foutait de sa gueule, parce que ce grand adolescent tout maigre et timide, ça avait de quoi faire rire, mais il n’y avait aucune malice derrière leurs plaisanteries. Ce qui l’impressionna le plus, c’était leur attitude totalement décomplexée, dépourvue de culpabilité. Vraiment, Deelo trouvait ça extraordinaire.

Sa maîtresse finit par venir le voir. Elle se présenta, puis lui assigna son nouveau rôle : Deelo l’assisterait dans ses négociations. Il apprit que Mama Bambo était le bras droit du capitaine. Elle trouvait les coups, et assurait la revente des marchandises volées.  
- Je t’ai à l’œil, gamin, pas d’entourloupe, ok ? le prévint-elle en approchant son œil de la face du garçon.
Il hocha vigoureusement la tête, espérant faire bonne impression. Mama Bambo émit un « hum » approbateur.
- Tu sais qui m’a fait ça, dit-elle en pointant du doigt son œil.
Comme le gosse tétanisé ne répondait pas, elle continua :
- Un jedi. Fais jamais confiance à un jedi. C’est la pire vermine qui puisse exister. Putains d’hypocrites. Toi t’es pas comme eux, hein ?

Un jedi ? N’en ayant jamais rencontré un, Deelo doutait jusqu’à présent de leur existence. A la mise en garde de sa maîtresse, un frisson d’effroi parcourut sa nuque. Les jedi étaient dangereux. Ils avaient rendu Mama Bambo borgne. Alors non, Deelo n’était pas comme eux. Il ignorait pourquoi la pirate faisait la comparaison avec lui, mais il était décidé à faire tout son possible pour prouver sa loyauté.

Lentement, il fit le deuil de sa vie passée. Il oublia le sable et l’aridité de sa planète natale. Il oublia Migger Om. Il oublia l’enfant qu’il avait été. Ses parents se transformèrent en un flou souvenir.  Et petit à petit, il devint le véritable Deelo Jama. Le dragueur. L’embobineur. Le businessman.


iii
Le quotidien d’un pirate n’était pas forcément des plus palpitants. Il y avait l’attente, le pistage laborieux des victimes, les échecs… Et heureusement, quelques gros coups. Deelo Jama aimait son existence, le caïd qu’il était devenu. Membre à part entière de l’équipage, il se sentait intégré, apprécié, utile. Libre. Il vivait le rêve qu’il n’avait dans son enfance jamais osé imaginer. Affranchi par Mama Bambo, il lui prouvait chaque jour en reconnaissance sa loyauté. Il l’aimait. Il copiait ses mimiques et son phrasé. Il l’accompagnait partout, jouant le conseiller ainsi que le garde du corps. Elle lui avait appris à tirer, et il n’était pas peu fier du pistolet qu’elle lui avait offert pour ses 18 ans. Il était bien loin le petit esclave naïf et désireux d’obéir aux ordres. Les années avaient passé, et en plus de découvrir un nombre incalculable de choses sur l’univers, les peuples et leurs mœurs, le caractère de Deelo s’était nettement renforcé. Il disait tout haut ce qu’il pensait sans s’inquiéter d’aller trop loin ou pas. Il n’avait peur de personne. Il croquait la vie à pleines dents. Jeune et insouciant. Pas de limites. La quasi-totale liberté, à l’exception de son attachement indestructible pour son équipage. Deelo n’était déjà pas à l’époque un individu connu pour avoir des valeurs, mais il en avait tout de même une : la fraternité. Elle était un mode de vie, et pas seulement un joli concept abstrait. Coincés la majorité du temps ensemble sur le vaisseau, les pirates forgeaient nécessairement des liens forts. Il y avait bien quelques embrouilles et des rivalités, mais pas grand-chose de vraiment grave. La camaraderie. Le reste, ça valait rien. Le bien, le mal, c’était vide de sens. Tout ce qui comptait, c’était de profiter de la vie, de vivre au jour le jour, de voler le plus de matos possible, et d’être libre. La galaxie regorgeait de tant de richesses, alors pourquoi s’en priver ? L’honnêteté ne menait à rien si ce n’est l’ennui. Et si Deelo Jama détestait bien une chose, c’était précisément l’ennui.

Là, il s’ennuyait. Il avala une gorgée d’un alcool prisé, piqué pas plus tard qu’avant-hier à un petit navire marchand qui avait eu la malchance de croiser leur route. La cargaison n’était pas exceptionnelle mais elle se revendrait facilement, et les membres de l’équipage capturés rapporteraient pas mal. Deelo se reprit une goulée. Pas dégueulasse ce truc.
- Lâche ta bouteille deux secondes, tu veux bien ?
- Et toi arrête de te maquiller comme une pute, tu peux rien faire pour cacher ta sale tronche, répliqua Deelo à son amante.
La fille de Mama Bambo lui tira puérilement la langue. Ça le fit rire.
Et puis, BOUM.
Des cris. Le croiseur qui vacille. Les pirates qui beuglent et courent dans tous les sens.
Un déchirement dans sa poitrine. Une violente douleur qu’il éprouve comme si c’était la sienne. Mama Bambo. Elle est en train de mourir. Deelo panique. Il se précipite vers la salle des commandes. Elle gît-là, par terre, la gorge rougie de sang. Il la touche, il lui parle, il la supplie de revenir. En vain. Ensuite, le noir absolu.
Quand il revient à lui, un homme encapuchonné lui claque les joues pour le réveiller.
- Tout va bien, tu es en sécurité. Menteur.
Les fusillades n’ont pas cessé. C’est toujours le chaos à bord du croiseur. L’inconnu fait un drôle de geste de la main et dit une voix ferme :
- Tu vas me dire où se trouve le registre des ventes.
Un jedi, réalise Deelo dans un miraculeux élan de lucidité.
- Ça marche pas sur moi pauvre abruti, a-t-il la force de lui cracher.
Les yeux de l’homme s’écarquillent de surprise.
- Tu – commence-t-il.
BOUM. Il n’a pas le temps de finir sa phrase. Deelo en profite pour filer à travers la cohue. Il perçoit les souffrances de ses compagnons comme des dizaines d’aiguilles plantées dans son front. Le vaisseau est foutu. L’équipage est foutu. On ne peut pas lutter contre une escouade de la République et des putains de jedi. Mama Bambo est morte. Et les autres, ça va pas tarder.

Deelo Jama veut vivre. Alors, il abandonne le vaisseau. Il court vers le hangar pour s’engouffrer dans un chasseur. Au moment où il décolle, une nouvelle aiguille s’enfonce dans son crâne. Il sait alors que la fille de Mama Bambo ne respire plus. Deelo garde son sang-froid et s’échappe. La piraterie, c’est fini pour lui, plus question d’en entendre parler. Il erre pendant quelques temps. Il chiale beaucoup. Il boit comme un trou. Il ne cherche pas à savoir comment la République a réussi à les localiser. Il veut juste qu’on le laisse seul.

iv.
Alors âgé de 25 ans, Deelo Jama retourne au point de départ. Tatooine. La chaleur cuisante. Le sable. Avec le magot personnel de Mama Bambo dont lui seul et sa fille savaient la cachette, il décide d’investir dans une cantina. Comme c’est d’usage, il rend hommage à Gardulla le Hutt. Avec sa bénédiction, il installe son business. Il apprend que ses parents vivent à Coruscant où ce fou de Migger Om a lancé une affaire. Deelo voudrait les revoir, mais sa nouvelle phobie des voyages spatiaux l’empêche de bouger de Tatooine. Et puis, foutre les pieds au cœur de la  République le glace d’effroi. Comme jadis il s’était forcé à oublier son passé d’esclave, il refait de même en effaçant les visages de ses amis de sa mémoire. Il ignore du mieux qu’il peut la petite voix sournoise qui lui rappelle chaque jour qu’il a laissé ses compagnons mourir, parce ce qu’il s’était tellement torché que son don de prémonition ne l’avait pas averti de l’attaque des républicains contre le vaisseau. S’il avait eu les idées claires, des dizaines de vies auraient été épargnées. Mama Bambo serait encore de ce monde. Ce « don », c’est une malédiction. Deelo Jama jure de tout mettre en œuvre pour se débarrasser de cette merde. Et surtout, il faut que personne ne découvre son sale petit secret.

Le temps passe. La puissante pulsion de vie qui a toujours animé Deelo Jama reprend le dessus. Carpe diem. Il se consacre au plaisir. Il boit. Il baise. Il fait la fête. Et cerise sur le gâteau, il se fait un sacré paquet de pognon. Pas seulement grâce à son bar, il magouille un peu dans les épices... Il devient une personnalité appréciée à Mos Espa. Il se réapproprie sa planète natale. Il reprend en main son destin. Il ne rend de comptes à personne. Il vit égoïstement. Et pour le moment, ça lui réussit.
   



         



Dernière édition par Deelo Jama le Jeu 9 Juil - 13:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ferus Olin


⌘ Mes Aventures : 182
⌘ Crédits : 1080


Feuille de personnage
⌘ Compétences:
⌘ Inventaire:
⌘ Relations:

MessageSujet: Re: deelo jama ♪ a little party never killed nobody   Mer 1 Juil - 15:14

Je te souhaite bienvenue sur le forum et j'ai hâte de pouvoir rp avec toi, ton perso a l'air intéressant et je suis sûr que ton niveau rp n'est pas si rouillé que ça ;)

Si tu as besoin d'aide, n'hésite pas à demander de l'aide, le staff se fera une joie de t'aider et sinon, ma boîte à MP t'ait grande ouverte.
Je t'offre mon câlin de bienvenue et bon courage pour ta validation heart 77
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: deelo jama ♪ a little party never killed nobody   Jeu 2 Juil - 13:22

PROFESSEUR X 53

Oh, un câlin de bienvenue, j'aime ça  107

Merci beaucoup pour ton accueil, au moindre doute, je n'hésiterai pas à harceler le staff ou toi puisque tu t'es porté volontaire! Je te retourne le compliment, je trouve ton personnage vraiment kool, rp ensemble serait super chouette  20 36
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Makaraā A. Divassirdis


⌘ Mes Aventures : 373
⌘ Crédits : 1439
⌘ Localisation : Dans mon vaisseau.
⌘ Humeur : (◑ω◐).


Feuille de personnage
⌘ Compétences:
⌘ Inventaire:
⌘ Relations:

MessageSujet: Re: deelo jama ♪ a little party never killed nobody   Ven 3 Juil - 22:32

    OMG OMG, le choix de vava ! *^* ( en plus je l'ai vu hier dans une bande annonce. XDD )
    En tout cas, bienvenue parmi et bonne chance pour la suite de ta fiche !
    J'ai vraiment hâte de découvrir ton personnage ! 31


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: deelo jama ♪ a little party never killed nobody   Sam 4 Juil - 23:04

wtFFFFF.... CETTE IMAGE. Tu m'as tuée là, c'te choc visuel :D

Il est beau Vincent hein Nigel 36 Haha la bande-annonce, ce sublime signe du destin! J'avoue que j'ai vraiment stressé en le prenant, d'habitude je donne dans les bg américains (yep je suis une ex kikoo accro aux city)... Merci bien pour ton accueil, au plaisir de te croiser en rp 100
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dark Arkain


⌘ Mes Aventures : 272
⌘ Crédits : 1263
⌘ Localisation : Dans ton ....


Feuille de personnage
⌘ Compétences:
⌘ Inventaire:
⌘ Relations:

MessageSujet: Re: deelo jama ♪ a little party never killed nobody   Dim 5 Juil - 22:31

Alors, ça, c'est un choix de malade comme avatar 17 18 20 27 !

Oui, je suis littéralement fan de Vincent, ce mec est un Dieu, et, vu le début de ton personnage, il colle carrément xD ! Comme l'a dit Ferus, si tu as besoin de quoique se soit, n'hésite surtout pas à venir nous contacter ;) !

Et Maka', t'es sexchy dans ton beau costume 61 78 107 !

_________________
men made madness and the romance of sadness.
No light, no light in your bright blue eyes, I never knew daylight could be so violent a revelation in the light of day. You can't choose what stays and what fades away and I'd do anything to make you stay. No light, no light. Tell me what you want me to say. Florence & the Machine - No Light, No Light.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: deelo jama ♪ a little party never killed nobody   Mer 8 Juil - 15:34

my gosh BEN EN BADASS SITH  75 75

Y'a vraiment que des personnages dingues sur ce forum.

Oh merci beaucoup, ton enthousiasme me fait super plaisir, je suis très agréablement surprise du succès de Vincent :D J'espère lui faire honneur avec Deelo. Finalement j'ai fait ma tambouille dans mon coin sans rien demander. Du coup ma fiche est terminée, si un sublime admin veut bien se pencher sur mon cas, my body is ready 80
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dark Arkain


⌘ Mes Aventures : 272
⌘ Crédits : 1263
⌘ Localisation : Dans ton ....


Feuille de personnage
⌘ Compétences:
⌘ Inventaire:
⌘ Relations:

MessageSujet: Re: deelo jama ♪ a little party never killed nobody   Jeu 9 Juil - 13:13




✖ BIENVENUE SUR SWDA ✖
May the Force be with you !

Félicitation tu es validé !

Quel personnage original *-* ! Deelo envoie clairement du pâté de bantha ! J'ai vraiment adoré ta fiche que j'ai lu super-vite ! Va falloir que nos perso se croise, Deelo verra tous les avantages de son don  71 ! Je te valide avec plaisir, j'ai bien hâte de te trouver en RP et dans le flood ! (et faut pas oublier la CB :3)

Le staff est heureux de te souhaiter la bienvenue sur Star Wars Dark Age ! Tu dois recenser ton AVATAR et générer tes fiches : LIENS - TOPICS.Enfin, il faut aussi que tu viennes nous dire ton METIER et ta CLASSE dans ce sujet.

Désormais, tu peux aussi flooder sans soucis. N'hésites pas à nous rejoindre sur la chatbox également, "plus on est de fous plus on rit" : le but est de partager et de se détendre dans la bonne humeur.  :31:  :15:

Si tu as des questions !  :32:  Le Staff est là pour te répondre !  :39:

Bon jeu et que la Force soit avec toi !



CREDIT IMAGE # code by shiya.



_________________
men made madness and the romance of sadness.
No light, no light in your bright blue eyes, I never knew daylight could be so violent a revelation in the light of day. You can't choose what stays and what fades away and I'd do anything to make you stay. No light, no light. Tell me what you want me to say. Florence & the Machine - No Light, No Light.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: deelo jama ♪ a little party never killed nobody   Jeu 9 Juil - 14:00

my my, quelle rapidité! merci beaucoup, très contente de ne pas avoir fait de bêtises et qu'en plus ça te plaise 20 20  15

Ohfuckyeaaaah une rencontre entre nos persos, ça va être délicieux ça... J'ai moi aussi grand hâte, je suis certaine que Dark-chou aura des arguments convaincants 10
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: deelo jama ♪ a little party never killed nobody   

Revenir en haut Aller en bas
 

deelo jama ♪ a little party never killed nobody

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars: Dark Age :: 

 :: Corbeille
-